Le shinto (神道, la voie des dieux ou la voie du divin) ou shintoïsme est un ensemble de croyances datant de l’histoire ancienne du Japon, parfois reconnues comme religion. Elle mêle des éléments polythéistes et animistes.

Depuis des temps immémoriaux, les Japonais ont adoré les kami — les esprits qui habitent ou représentent un lieu particulier, ou incarnent des forces naturelles comme le vent, les rivières et les montagnes. À chaque création d’un village, un sanctuaire était érigé afin d’honorer les esprits environnants et de ce fait s’assurer de leur protection. On croyait que les kami pouvaient être trouvés partout, qu’aucun lieu au Japon n’était en dehors de leur pouvoir. Le shintoïsme englobe donc les doctrines, les institutions, les rituels et la vie communautaire fondée sur le culte des kami.

shinto fêtes

Fêtes du Shinto

Fêtes du mois

  • 3 mars 2024 (1événement TP2T)

    3 mars 2024

    Hinamatsuri

    Aujourd’hui, les japonais fêtent Hinamatsuri, la fête des poupées. Ce jour est consacré aux jeunes filles. Les petites filles exposent de précieuses poupées. Ces poupées se transmettent parfois de génération en génération. Elles représentent des personnages de la cour impériale de l’ère Heian. #mythologie #mythe #légende #calendrier #3mars #japon #hinamatsuri

    En savoir plus

  • 13 mars 2024 (1événement TP2T)

    13 mars 2024

    Kasuga Matsuri

    Aujourd'hui, les japonais de Nara fêtent Kasuga Matsuri au temple de Kasuga-taisha. Le festival présente les danses du gagaku et du bugaku, du Yamato-mai qui remontent aux périodes Heian et Nara. Ce festival organise également une fête du cheval qui consiste en un défilé dans les rues par un cheval sacré. #mythologie #mythe #légende #calendrier #13mars #Kasuga%atsuri #KasugaTaisha #Nara #Japon

  • 15 mars 2024 (1événement TP2T)

    15 mars 2024

    Hōnensai

    Aujourd’hui, les japonais de Komaki fêtent le Hōnen Matsuri. Cette fête de plus de 1500 ans célèbre la fertilité, la capacité de la Terre à se régénérer, les bonnes récoltes. Cette fête est souvent appelée le « festival du pénis». #mythologie #mythe #légende #calendrier #15mars #japon #penis #HonenMatsuri

    En savoir plus

  • 20 mars 2024 (1événement TP2T)

    20 mars 2024

    Shunbun no Hi

    Aujourd'hui, les japonais fêtent Shunbun no Hi (équinoxe du printemps). La fête était à l'origine une occasion de visiter les tombes de leurs proches et de rendre hommage aux ancêtres. Les Japonais prenaient également le temps de renouveler leur vie en nettoyant leur maison et en changeant leur quotidien. #mythologie #mythe #légende #calendrier #Japon #SjunbunnoHi #HiganNoNakaba

  • 28 mars 2024 (1événement TP2T)

    28 mars 2024

    Sen no Rikyū

    Aujourd’hui, les japonais rendent hommage au maître du thé de l’école wabi, Sen no Rikyū. Il devient moine au temple Daitoku-ji et spécialiste du chanoyu, la cérémonie du thé japonaise. Il entre au service d’Oda Nobunaga avant d’être obligé de se suicider par seppuku. #mythologie #mythe #légende #calendrier #japon #thé #28mars

    En savoir plus

Zones culturelles du Shintoïsme

Le shintoïsme est une religion animiste. Le concept majeur du shintoïsme est le caractère sacré de la nature. Le profond respect en découlant définit la place de l’homme dans l’univers : être un élément du grand Tout. Ainsi, un cours d’eau, un astre, un personnage charismatique, une simple pierre ou même des notions abstraites comme la fertilité peuvent être considérés comme des divinités. Le respect des ancêtres et les sentiments de communion avec les forces de l’univers et les générations passées sont les bases spirituelles du shinto.

Issus de l’Unité cosmique, les flux fondant la vie s’incarnent en une multitude de kami. Le polythéisme qui s’en dégage est infini, dans le sens où chaque parcelle de vie est sacrée. La mythologie shinto dit qu’il existe 8 millions de kami Happyakuman (八百万?) car les kanji se lisent également yaoyorozu, signifiant une myriade, c’est-à-dire une indéfinité, un nombre inquantifiable. En descendant sur Terre pour y insuffler la vie, les kami ont créé l’archipel japonais.

Innombrables, les kami sont partout, se cachant sous les formes les plus diverses, aux endroits les plus inattendus. Il convient donc de se montrer à leur égard d’une prudence extrême, d’autant que les plus petits sont parfois les plus susceptibles. Leur caractère est ambigu, comme la nature elle-même. Tous, y compris les meilleurs d’entre eux et les plus grands, possèdent un « esprit de violence », arami-tama (荒御魂), qu’il faut se concilier ou neutraliser par des rites appropriés.

Certains sont même dangereux dans leur principe, tels les « dieux des épidémies » ou les « dieux des insectes », prédateurs du riz. Tous peuvent vous frapper d’un tatari (祟り). Les définitions anciennes qui en sont données ont un caractère plus physique que moral : c’est ainsi que le contact de la mort, du sang, des excréments provoque une souillure rituelle ; mais la vie en société entraînera un élargissement de cette notion de tsumi, et l’on qualifiera ainsi certaines infractions sociales (destruction d’une digue de rizières).

Dans son principe toutefois, le tsumi, comme le tatari qui en est la conséquence quasi automatique, semble devoir être défini d’une manière à la fois plus vague et plus générale. De nombreux exemples, même récents, montrent en effet que l’on peut être frappé par un tatari pour peu que l’on ait empiété, fût-ce inconsciemment, sur le domaine d’un kami ; le tsumi est en somme la transgression de certaines limites, non toujours formellement interdites ni précisées, mais chargées d’un potentiel magique redoutable dû à la simple présence du kami.

Les rituels de purification revêtent une importance singulière dans la croyance shinto. Pour échapper aux conséquences d’un tatari imprudemment encouru, il convient de « purifier » son entourage (祓う) ou soi-même (清む). Ces deux termes sont employés pour définir des actions usuelles de nettoyage « balayer, nettoyer, laver », et d’autres plus symboliques avec les ablutions rituelles.